A toi, la pro violeur

Il y a 9 ans jour pour jour j’allais porter plainte pour viol.
Il y a 9 ans , tu m’a virée pour l’avoir fait.

Je n’ai pas dénoncé quelqu’un de la boîte. Et même si cela avait été le cas cela n’aurait pas excusé ton inhumanité.

Je suis allée porter plainte plus de 6 ans après les faits. Je voulais dénoncer le viol que j’avais subi, l’agression ultime dont j’avais été victime, préparée, dressée à être violée après des années de harcèlement sexuel et de tentatives de viol.
Avec cette plainte, je souhaitais mettre un terme à cette époque cauchemardesque où je trouvais normal d’être humiliée, violentée et dont par conséquent je ne comprenais pas pourquoi j’étais si mal. Je m’en voulais. C’était ma faute.
Avec cette plainte je voulais hurler que je n’étais pas coupable mais victime. Victime depuis la première humiliation, à 10 ans et demi, au collège, avec ces 3 garçons qui torturaient ma poitrine inexistante et se demandaient si j’étais une fille ou un singe. Je voulais hurler au monde et surtout à moi-même que je n’étais pas coupable de susciter l’envie à mes bourreaux de me mettre un couteau sous la gorge pour me soumettre, de m’étrangler devant des dizaines de témoins au mieux indifférents, au pire écroulés de rire.
Je ne pouvais pas porter plainte pour tout. Je ne me représentait même pas encore ce que j’avais subi au collège. Il m’a fallu des années pour mettre des mots sur ce que j’avais subi mais je savais que j’avais subi un viol à l’âge de 20 ans presque en pleine rue sans que personne ne réagisse. Mais après tout, j’aurais du y être habituée. Personne n’avait réagi auparavant. Enfin si, quelques personnes pour me faire sentir coupable, se moquer de moi ou pour justifier le comportement de mes agresseurs.

Avec cette plainte, en dénonçant ce viol, je voulais marquer une renaissance. Je voulais être reconnue comme victime pour mettre en évidence que ce que j’avais subi n’était pas normal et n’aurait jamais du arriver. C’était nécessaire pour me reconstruire. J’avais besoin de le faire. Je savais que je pouvais compter sur le soutien indéfectible d’ami-e-s et je m’étais convaincue qu’une personne avec un minimum d’humanité comprendrait ma démarche. C’est pour ça que je t’ai dit pourquoi je prenais quelques jours de congés. Tu étais une bonne copine en plus. Tu m’avais confié quelques aspects de ta vie. Je pensais que tu comprendrais.

Tu as choisi de te mettre du coté de mon violeur.

Tu m’as dit par email de ne pas revenir au bureau car j’allais “donner une mauvaise image” selon tes propres mots.
Une victime de viol est une tâche dans un bureau selon toi.

En me virant tu t’es automatiquement placée du coté de mon violeur. Tu m’as virée pour avoir parlé. Tu m’as virée pour avoir dit avoir été violée. Il aurait fallu que je me taise. Que tu ne saches pas. En effet, ce n’est pas marqué sur notre front à nous victimes. C’est marqué au plus profond de nous et dans notre âme. Tant que nous ne nous plaignons pas, tant que nous nous taisons et que nous subissons en silence nous sommes toléré-e-s. Dès que l’on parle, nous sommes discrédité-e-s, suspecté-e-s,on a bien du faire quelque chose quand même parce que ça n’est pas possible que ça arrive dans notre pays si civilisé et à quelqu’un que l’on connaît.
Tu m’as virée pour avoir été violée et pour avoir osé le dénoncer.

En me virant tu m’envoies le message que si je n’avais rien dit, j’aurais gardé mon boulot. Tu envoies donc le message qu’il ne faut pas dénoncer son violeur. Si on le dénonce on mérite d’être puni-e, par exemple en étant viré-e de son job. Et donc s’il ne faut pas le dénoncer,c’est que tu l’excuses un peu quand même. Ne crains-tu pas qu’en éloignant les victimes de toi tu puissent attirer les violeurs? Ca doit les rassurer de voir que des femmes irréprochables comme toi rejettent leurs victimes.
Je pourrais te plaindre car en silenciant une victime tu fais par conséquent le jeu des violeurs. Tu dis sans le dire que tu préfères un violeur à sa victime. Je donne une mauvaise image. Mais quelle image donne mon violeur? Tu ne me l’as jamais dit n’est-ce pas?
Tu n’en as peut-être pas conscience mais si des hommes continuent à violer en toute impunité c’est en partie à cause de gens comme toi. Ces ordures qui nous jettent comme des pestiféré-e-s et dont tu fais partie. Ces ordures qui, par leur actions immondes, nous font bien comprendre que si on ne la ferme pas nous en subiront les conséquences. Nous seront punies d’être victimes de crimes sexuels et cela fait de nous des coupables. Les violeurs n’en attendent pas mieux. Quelle aubaine! Ils n’ont même pas besoin de faire quoi que ce soit car de bonnes gens se chargent pour eux de silencier leurs victimes. Ils peuvent continuer à violer en toute impunité.

Oh bien sûr, j’ai trouvé un autre travail. Ce n’était pas bien difficile d’ailleurs. Ce n’était qu’un petit boulot pourri d’étudiante mais peu importe. C’est le fait que tu m’ais virée pour être allée porter plainte qui est abject.
J’ai trouvé du travail, j’ai des ami-e-s, j’ai un copain, je profite de la vie,je me fais plaisir et je peux même dire qu’après toutes ces années je suis heureuse. Tu n’as pas réussi à m’anéantir.
Il n’empêche que 9 ans après je pense encore à toi alors que tu ne devrais même pas exister dans mes plus lointains souvenirs. Tu ne le mérites pas.
Non, le problème c’est que tu n’es pas seule. Le problème c’est que les raclures dans ton genre silencient les victimes et ainsi les maintiennent dans un état de torpeur.
Je ne sais pas qui t’as motivée. Je ne sais pas si c’est la peur car tu es une femme toi aussi et ça peut t’arriver. Pensais-tu te protéger et te rassurer en te disant que si ça m’étais arrivé à moi c’était parce que je l’avais bien voulu et que par conséquent ça ne t’arrivera jamais à toi? Toi qui donnes une “bonne image”? Peut-être mais cela n’excuse pas ta cruauté.
Peut-être as-tu agi par ignorance, peut-être ne savais-tu pas comment réagir. Ou peut-être es-tu simplement une véritable ordure. En effet qu’avais-tu à gagner? Rien. Absolument rien. Ni une promotion, ni une hausse de salaire, ni une prime, ni une félicitation. Rien de rien car tu as agit seule. C’était un tout petit bureau et tu faisais ce que tu voulais avec les contrats étudiants. Toi seule gérais.
Quoi qu’il en soit et quel que fût ton motif ton action m’a empêchée de parler pendant un moment. Savoir que parler pouvait me valoir mon travail m’a fait fermer ma gueule et m’a rendue honteuse de nouveau. Il m’a fallu du temps et de l’aide pour recommencer à ne pas avoir honte, à ne pas avoir peur de parler comme si c’était moi qui avait fait quelque chose de répréhensible. Comment ne pas être affectée par un renvoi quand on sort d’une telle épreuve qu’est le viol et quand on sait que ce renvoi n’est pas du à une faute professionnelle mais à ce viol qu’on a subi, ce crime dont on a été victime?

Tu es une ordure et je suis gentille. je te méprise à un point que tu ne peux imaginer. Tu ne vaux pas mieux que mon violeur et ces petits bitards qui ont pourri mon collège.
Tu as croisé d’autres victimes. C’est une certitude statistique. J’espère qu’elles sont entourées par des personnes qui peuvent leur faire comprendre que c’est toi la “mauvaise image”. Et je suis confiante car nous sommes de plus en plus nombreux-ses à parler. La parole se libère. Je sais que je ne suis pas coupable et je ne me tairai plus. Et tu sais quoi? De m’être tue pendant toutes ces années ma voix ne demande qu’à jaillir. Elle est plus forte et puissante que ta diarrhée verbale de victim blaming.

Etre victime d’un crime n’est pas un crime justement.
Jeter comme une merde une victime d’un crime en revanche…

Au moins je peux me regarder dans un miroir, aimer mon image et être heureuse.
Mais toi? Oses-tu te regarder dans un miroir? Ton image te plaît-elle? Moi elle me donne envie de vomir.

Advertisements

One thought on “A toi, la pro violeur

  1. Pingback: Why don’t victims report rape? – I Love Me

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s